La console : généralités et astuces

La console : généralités et astuces

La console : généralités et astucesJe vais vous présenter les bases de l’outil incontournable sous Linux : la console.  Si vous cherchez une liste de commandes expliquées, veuillez consulter cet article.


Introduction

La console, aussi appellée terminal virtuel, vous permet de dialoguer directement avec votre système d’exploitation, via des commandes entrées au clavier. Vous pouvez utiliser la console sous votre environnement graphique ou bien en dehors. Sous KDE, ca peut ressemble à ça :

Le pilotage du système est souvent plus fin et plus rapide sous console qu’à la souris. La plupart du temps, vous pouvez vous en sortir par l’interface graphique (les fenêtres où l’on clique) mais celle-ci a ses limites.

Voici les avantages de la console :

  • Toutes les commandes n’ont pas une interface graphique.
  • Les applications console proposent souvent plus d’options et sont plus rapides et stables que leurs interfaces graphiques.
  • Il est plus rapide de taper une commande que de cliquer sur 12 fenêtres.
  • En cas de plantage de l’environnement graphique (KDE, Gnome…), vous serez bien content de savoir vous débrouiller sans la souris.
  • En lancant une application, graphique ou non, via la console, vous obtiendrez des messages qui peuvent vous orienter en cas de pépins.

L’inconvénient ? Il faut connaître les commandes . Au début, vous vous contenterez sûrement de taper ce qu’on vous suggère…

Certains pourraient comparer la console Linux avec MS-DOS. Il s’agit effectivement de taper des commandes au clavier. Mais la console est autrement plus puissante et plus agréable. Microsoft a d’ailleurs décidé de redonner vie à un ligne de commande dans le futur Windows, Vista. J’imagine que GNU/Linux y est pour quelque chose…

La connaissance des bases de la console est utile, mais pas forcément obligatoire, pour administrer Linux. Par contre, la console est absolument facultative pour le simple usage (surf, email, multimédia etc).


Petit cours accéléré

Bash : l’interpreteur de commandes

La console s’appuie sur un language, appellé interpréteur de commandes. Il en existe plusieurs dans le monde UNIX mais le plus utilisé est Bash. Il est installé par défaut sur problablement toutes les distributions et contient des centaines de commandes différentes. Vous pouvez même personnaliser son aspect (tuto par Seb). Je ne parlerai que de Bash sur ce site.

Les consoles

Bash est un language, il lui faut une interface. Il en existe de nombreuses : Konsole (sous KDE), aterm, eterm, xterm… Leurs différences étant cosmétiques. Vous accedez aussi à Bash si, après le démarrage du noyau Linux, vous ne vous connectez pas à un environnement graphique (KDE, Gnome…). On parle alors de console pure ou d’init level 3. La puissance de bash est alors à son maximum car le processeur ne s’occupe plus de gérer des fenêtres.

Pour ouvrir une console, le plus simple est d’explorer le menu de l’environnement graphique à sa recherche ou bien de cliquer l’icône probablement installée dans la barre des tâches. Notez ce ‘raccourci’ sous KDE : ALT+F2 puis taper konsole.

Pour exécuter certaines commandes dans des dossiers réservés à l’administrateur, vous aurez besoin du mot de passe administrateur. Certaines commandes n’existent tout simplement pas en tant que simple user ($­­­­ urpmi par exemple sous Mandriva). Lire cet article pour savoir comment obtenir temporairement les privilèges administrateur en console.

Le prompt

Le prompt est une invite de commande. C’est le message que la console place à chaque début de ligne. Exemple :

luteola@localhost ~ $­
Ceci indique que le simple utilisateur (symbole $­) ‘luteola’ travaille sur l’ordinateur ‘localhost’ est qu’il est dans son répertoire personel (symbole ~) /home/luteola
root@localhost /bin #
Dans cet exemple, l’administrateur (root et symbole #) travaille dans le dossier /bin.

Sensibilité à la casse

La console est sensible à la casse (majuscule / minuscule) ! Ainsi, ls est une commande alors que LS ne veut rien dire. Idem pour l’écriture des dossiers et fichiers.

Ecrire des chemins d’accès

Pour séparer des répertoires dans un chemin, on utilise des slashs /, comme on le ferait pour une adresse Internet en fait. N’utilisez donc pas les anti-slash, c’est pour Windows… Exemple : /home/george/musique.

Les anti-slash servent plutôt à insérer des caractères spéciaux ou des espaces. Créez ‘à la souris’ un répertoire “Nouveau Dossier” sur votre bureau (clic

Choix d’une distribution GNU/Linux

Choix d'une distribution GNU/Linux

Le système d’exploitation Linux peut être associé à des applications libres (GNU). On parle alors de distributions GNU/Linux. Il en existe des centaines (voir le “classement” des internautes sur Distrowatch), construites par des fondations, des particuliers, des entreprises…

Chaque distribution a sa cible, ses points forts et ses points faibles et les avis divergent évidemment sur ce qui est mieux. Je vais tenter de vous donner quelques clés pour faire le choix de la meilleure distribution pour vous.

Les anglophones pourront essayer ce test.

Introduction

Définition

Une distribution GNU/Linux réunit :

  • Le système d’exploitation Linux chargé des relations entre matériels et applications. Le kernel (ou noyau) en est le coeur.
  • Eventuellement des outils d’installation ou d’administration, en console ou à la souris.
  • Des applications provenant du projet GNU (OpenSource et libres):
    • Un environnement de bureau (KDE, Gnome…). Sans cela : commandes au clavier sur écran noir ! Comme ils sont indépendants de Linux, à l’inverse de Windows, vous pouvez choisir. Et ce à chaque session !
    • De très nombreuses applications performantes dans quasi tout les secteurs (Internet, Multimédia, Développement etc.).
  • Eventuellement des applications propriétaires.

Comme ces “briques” sont libres pour la plupart, n’importe qui peut les associer à sa guise.

Les différentes distributions GNU/Linux présentent des différences entre elles mais rien d’insurmontable. La philosophie générale et les applications restent grosso modo les mêmes. La différence notable consiste souvent en la manière d’installer des applications (mais même philosophie) ainsi que la présence ou non d’assistants à la souris. Les différences entre environnements graphiques sont plus flagrantes.

La plupart des distributions populaires sont intrinsèquement multilingues, donc pas besoin de chercher la version francophone. Idem pour la plupart des environnements graphiques.

Achat ou téléchargement ?

On peut distinguer 2 types de distributions GNU-Linux :
  • Les distributions payantes. Elles possèdent souvent des applications propriétaires (non-libre) : Java, Flash, lecture de MP3 ou de DVD, pilotes de certains matériel, puissants émulateurs Windows etc. Pour le débutant, c’est un casse-tête en moins. Ces distributions sont d’ailleurs réputées plus faciles et proposent souvent des outils d’administration ‘à la souris’.
  • Les distributions libres : elles n’incluent que des applications sous license libre. Elle peuvent donc se télécharger gratuitement et légalement. Il est heureusement possible d’installer après les applications propriétaites citées. Ce n’est pas trop compliqué, mais évidemment un peu plus que les versions payantes.

Une distribution peut avoir plusieurs versions : payante et libre (Mandriva, Suse ou Xandros par exemple).

L’investissement reste raisonnable de toute façon : Mandriva, par exemple, propose un pack (système complet) à environ 60 euros contre ~270€ (RueDuCommerce) pour Windows XP SP2 tout nu…

Distribution puriste ou grand public ?

J’espère que Linux va concquerir le grand public car il a les qualité pour. Pour éviter certains obstacles déloyaux (genre DRM), le nombre de ses utilisateurs doit atteindre une masse critique. Or, seules les distributions faciles peuvent inciter les gens à migrer et surtout à rester sous Linux. Ces distributions réalisent un travail de configuration et d’assistanat que l’on ne retrouve pas chez certaines plus pointues.

On voit parfois des puristes critiquer les distributions commerciales et leur préférer des distributions entièrement libres mais aussi plus compliquées (quoiqu’ils en disent…). Les deux doivent co-exister car tout le monde, juste pour la philosophie, ne peut/veut pas se taper des semaines de configuration…

Ces deux conceptions vivent pour le moment en osmose : le travail réalisé par la communauté sert aux dévellopeurs de distributions commerciales, lesquelles amènent de nouveaux utilisateurs. Pour l’instant, tout le monde y gagne.

La survie de Linux passe par sa démocratisation. Pas de honte donc à utiliser des distributions commerciales. Mais n’hésitez pas non plus une fois agguéri(e) à tester les distributions plus libres (Ubuntu, Debian, Gentoo et j’en passe). Le charme de Linux c’est aussi sa diversité…

Le support par la communauté est aussi un critère lors du choix d’une distribution. Certaines sont très dynamiques (forum, documentation etc), d’autres moins.

Types de distributions

Veillez à choisir une distribution compilée pour votre architecture de votre ordinateur. Sinon, ça ne marchera pas . Linux n’est pas reservé qu’aux PC grand public. 

Elle s’utilisent directement à partir d’un lecteur CD ou DVD après un temps de chargement de quelques minutes. Elles ne sont

GAMBAS

GAMBAS

Gambas est un interpréteur de langage BASIC, orienté objet, qui fonctionne sous GNU/Linux. Gambas est développé depuis 1999 par Benoît Minisini, à Paris. Son objectif est d’offrir la même facilité d’utilisation que MS Visual Basic, tout en améliorant ses fonctionnalités et en supprimant ses défauts. Vous pouvez importer des projets VB (depuis la version 2 de Gambas). Il y a aussi un projet VBtoGB2 pour importer des projets VB en Gambas. Gambas est un logiciel libre diffusé sous la licence GNU GPL.

Gambas permet de fabriquer très facilement des programmes sous GNU/Linux avec une interface graphique (GUI). Il utilise les toolkits Qt (pour KDE) ou Gtk+ (Gnome, Xfce). Gambas est très modulaire ! Chaque “partie” du langage tels que le composant OpenGL, SDL etc. sont développés de façon indépendante.

Gambas est l’acronyme récursif de Gambas almost means basic (en français, « Gambas veut presque dire basic »).

Quelques screenshots.

Tutorials

  • Installer Gambas

La console

  • Chapitre 1: Premiers pas en Gambas
  • Chapitre 2: Les variables
  • Chapitre 3: Des conditions et des boucles
  • Chapitre 4: Les fonctions
  • Chapitre 5: Les fichiers

La GUI

  • Chapitre 1: Découverte de la partie graphique
  • Chapitre 2: Le fameux “Hello World” !

Le réseau

  • Créer un mini-chat en Gambas

OpenGL

  • Chapitre 1: Initialiser l’OpenGL
  • Chapitre 2: Votre premier polygone
  • Chapitre 3: Ajouter des couleurs
  • Chapitre 4: Les rotations
  • Chapitre 5: Les formes 3D
  • Chapitre 6: Les textures
  • Chapitre 7: Les lumières et le contrôle avec le clavier
  • Chapitre 8: Le blending

Liens utiles